Accueil / Autres Nouvelles dans le Monde / Nicaragua / Médiation de la Conférence épiscopale du Nicaragua dans le cadre du conflit social en cours

Médiation de la Conférence épiscopale du Nicaragua dans le cadre du conflit social en cours

« Les criminels qui ont assassiné et torturé nos jeunes ne doivent pas penser que le dialogue national constituera un moment d’impunité. D’abord et avant tout comptent la vérité et la justice ». C’est ce qu’a déclaré S.Exc. Mgr José Silvio Báez, Evêque auxiliaire de Managua, en lançant un avertissement alors qu’est imminente l’ouverture de négociations entre le gouvernement, le Conseil supérieur des entreprises privées (COSEP) et la Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN) qui a accepté de jouer le rôle de médiateur.

 

L’Evêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Managua, a convoqué pour aujourd’hui, 28 avril, une marche « pour montrer la foi en Dieu et l’amour pour le Nicaragua. Il a été présent à l’occasion des manifestations aux côtés des jeunes catholiques et ses paroles ont encouragé tout un chacun dans la Cathédrale de Managua, au moment où les jeunes étudiants qui manifestaient de manière pacifique ont été violemment agressés par les forces de l’ordre. S.Em. le Cardinal Brenes en personne avait demandé d’ouvrir la Cathédrale pour accueillir les jeunes manifestants. De nombreux blessés ont ainsi été aidés notamment par le clergé local réunis dans la Cathédrale pour réfléchir sur la situation en question. Dans ce cadre, l’Evêque a décrit les étudiants qui protestaient contre le gouvernement comme « la réserve morale » du pays. Les vidéos et clichés présents sur les réseaux sociaux ont fait le tour du monde et provoqué des expressions de solidarité et de soutien envers les nombreux étudiants blessés. Depuis que les protestations ont débuté, voici une semaine, les affrontements violents au Nicaragua ont fait 38 morts et quelques 60 disparus selon le Centre pour les droits fondamentaux du Nicaragua, mais le bilan continue à s’alourdir.
Les négociations, qui auront lieu à une date encore à préciser entre le gouvernement et les hommes d’affaires avec l’Eglise catholique en tant que garant pour surmonter les affrontements violents, attire l’attention de tout le pays dams la mesure où arrive de diverses institutions la proposition de demander au Président Ortega de démissionner. (CE) (Agence Fides 28/04/2018)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

× 8 = 64